L’engagement amoureux : proposition à discuter avec les adolescents- Capsule ViRAJ 2015

January 27, 2015

À l’approche de la Saint-Valentin, il est intéressant de fournir un outil de réflexion aux jeunes sur l’engagement amoureux au sein de leur couple. Présentés sous forme de « liste », ces comportements rappellent l’essentiel d’une relation amoureuse saine. Une telle relation implique en effet plaisir et aventure, mais aussi des efforts pour faire face aux ajustements et tensions possibles face à l’inconnu associé à la création et au maintien d’une relation. Le partage de l’intimité amoureuse et sexuelle comporte un réel défi pour les jeunes en quête d’estime, de reconnaissance et d’appartenance. Rechercher un équilibre entre complicité, respect de soi et respect de l’autre est en résumé vu comme gage d’une belle relation. Les jeunes ont leurs idées, mais ils ont aussi besoin de l’aide des adultes pour comprendre ce qu’est une relation saine.

Nous ne sommes pas les premiers à réfléchir aux qualités nécessaires. Des planificateurs de programmes de prévention ont déjà suggéré des pistes. Aux États-Unis, le Centres for Disease Control and Prevention (cité dans Debnam et al., 2014), qui a chapeauté de nombreuses interventions préventives, a suggéré que les relations de couple des jeunes devraient être fondées sur 12 qualités : le respect mutuel, la confiance en l’autre, l'honnêteté, l’ouverture au libre-arbitre et aux objectifs personnels de l’autre, une bonne communication, la compréhension mutuelle, la confiance en soi, une inspiration réciproque à être une bonne personne, la recherche de compromis, la résolution de problèmes, l’équité lors de conflits, la maîtrise de ses colères. Au Québec, ViRAJ (2009) propose l’équité, l’égalité et la sollicitude (page 11). Fondée sur le partage de pouvoir et sur l’égalité, la trousse Premières amours (2011) met de l’avant les droits et responsabilités de chacun dans la relation (Rondeau et al., 2011, pages 16-18). La communication, l’équilibre des pouvoirs et l’estime de soi sont retenus par le programme de la Croix-Rouge canadienne (Smockum, 2009).

Des intervenants québécois proposent que « De façon générale, les jeunes associent une relation amoureuse saine à : partage, fidélité, confiance, complicité, faire l’amour, communiquer, vivre un sentiment de plénitude. À l’opposé, ils associent une relation difficile, non harmonieuse et vouée à l’échec à: tricherie, mensonge, jalousie, contrôle, perte de réputation, éloignement des amis, obsession de la sexualité. » (Fernet, et al., 2003, page 2). On a aussi interrogé les jeunes eux-mêmes sur ces qualités. Pour vivre une relation amoureuse harmonieuse, des adolescents québécois misent sur la confiance en soi, le respect mutuel, la communication, le maintien de leurs amis et loisirs et leur capacité d’évolution (Rondeau et al., 2008). Aux États-Unis, des jeunes filles Afro-américaines (Debnam et al., 2014) ont mis en première place la confiance en l’autre, ce qui implique de voir respecter les confidences qu’on fait à l’autre et de ne pas avoir de secrets l’un pour l’autre. Le respect, parmi d’autres qualités, est vu pour sa part comme touchant ses croyances et choix moraux, ceci s’étendant à la sexualité.

Afin de susciter la réflexion sur les besoins et désirs des jeunes par rapport à leur relation actuelle ou à une future relation amoureuse, voici une liste de comportements favorables à une bonne relation inspirés de nos travaux et d’une proposition de Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba (2009). Ce type de liste permet de clarifier leurs attentes personnelles et ensuite favorise l’échange entre partenaires pour aider à vivre une relation saine, égalitaire et où chacun se sent à l’aise. Nous vous invitons à la partager avec des jeunes en classe ou avec des jeunes couples ayant des difficultés; dans ce dernier cas, elle peut se présenter sous une forme d’entente à signer et être utilisée afin de documenter des progrès. Dans les deux cas, il sied de rappeler aux jeunes qu’une entente peut faire l’objet de dialogue, de révision ou même être rompue lorsqu’elle ne répond plus à leurs besoins malgré leurs tentatives de l’améliorer. Vous pouvez aussi amorcer une discussion de groupe afin de bonifier le contenu. De la même manière, nous visons à améliorer le contenu de la liste et nous vous invitons à nous faire part de vos suggestions (à catherine.ruel.4@ulaval.ca).

Voyez également notre nouvelle affiche Savourer l’amour!

Félix Joyal Lacerte, candidat à la maîtrise en travail social à l’UQAC et Francine Lavoie, professeure à l’École de psychologie, Université Laval. Collaboration de Chantal Hamel.

23 janvier 2015. Références disponibles sur http://www.viraj.ulaval.ca

 

 

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2016 Université Laval

Accès au CMS